Tous sujets d'actualité philosophiques et politiques, Spiritualité, littérature et poésie
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Coup de gueule -"Chronique du Figaro"

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 190
Localisation : France
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Coup de gueule -"Chronique du Figaro"   Lun 6 Fév - 10:51

La génération sacrifiée sur l'autel de la dette
La Chronique d'Yves de Kerdrel
[06 décembre 2005] Shocked
Cette fois, c'est fait ! Le débat sur l'endettement de la France est bel et bien ouvert. Et il ne doit plus être refermé. Le rapport Pébereau, qui doit faire oeuvre de pédagogie en la matière, est sous presse et sera publié d'ici quelques jours. Mais certains des ordres de grandeur qu'il fait ressortir sont déjà sur la table. On sait ainsi que, peu ou prou, la dette publique réelle est près de deux fois plus importante que ce qu'on pouvait imaginer. Et qu'elle suffirait à absorber toute la richesse que produira la France d'ici à l'élection présidentielle. cherry

Tout cela ne rend que plus nécessaires les travaux de la commission présidée par Michel Pébereau, à la fois sur les solutions adéquates pour stopper, puis diminuer cet endettement public et sur les marges de manoeuvres dont dispose ce gouvernement et tous ceux qui suivront celui-là. Car cette dette – désormais il n'y a plus de débat là-dessus – il faudra bien en arrêter la course folle, et commencer à la réduire. santa

Avec trois solutions à la clé : l'une qui est peu probable, c'est l'inflation ; l'autre qui risque d'être très insuffisante, ce sont les cessions d'actifs ; et la troisième qui est la plus difficile, c'est la croissance liée à une réforme de l'Etat, dont le nombre d'agents a augmenté de 50% au cours du dernier quart de siècle. Voilà pour la dette purement comptable sur laquelle on reviendra dès que le rapport Pébereau sera rendu public. Mais il y a une autre dette, morale celle-ci, que nos gouvernants ont souscrite auprès de la plus jeune des générations en faisant vivre la France à crédit pendant un quart de siècle.

Car cet endettement, dont le coût absorbe dès aujourd'hui le produit de l'impôt sur le revenu, constitue déjà un handicap incroyable pour les Français les plus jeunes. Pour une génération qui doit payer les conséquences de cet endettement sans avoir bénéficié de la politique de largesse qui a fait gonfler la dette publique. Pour une génération qui va devoir consacrer des années à redresser les finances publiques plutôt qu'à investir dans l'avenir, dans l'économie de la connaissance, et dans la croissance. Pour une génération enfin qui va devoir acquitter au cours des années qui viennent la note plutôt salée de ce qu'a coûté la préservation de ce fameux modèle social français.

Car la vraie honte de cet endettement public que la gauche comme la droite ont laissé filer avec la même facilité, c'est que tout cet argent n'a pas servi, comme cela aurait été le cas dans une entreprise ou dans un ménage, à financer des investissements durables ou des paris sur l'avenir.

Mais au contraire, il n'a été souscrit qu'aux seules fins de préserver un mode de vie profitant aux plus anciens, à tous ceux déjà inscrits dans le système, que les économistes appelleraient les «insiders». Un mode de vie fait à la fois d'un état gras et omniprésent, de retraites précoces, de réduction du temps de travail ou d'assurance-maladie généreuse. Un mode de vie que les baby-boomeurs des trente glorieuses n'ont jamais voulu remettre en cause au point de l'ériger en modèle social. Comme si l'on pouvait parler de modèle à propos d'un système qui met en inactivité deux tiers des seniors de plus de 55 ans, qui laisse au chômage un jeune sur quatre de moins de 25 ans, et qui n'empêche pas un million d'enfants de vivre sous le seuil de pauvreté. No

Cette gigantesque dette publique n'a pas seulement hypothéqué l'avenir du pays, elle a d'une certaine manière ébranlé le pacte intergénérationnel. Elle a organisé un clivage entre ceux qui profitent «du modèle français» et ceux qui savent d'ores et déjà qu'ils n'y auront pas droit. Parce qu'il faudra bien allonger l'âge de la retraite, réduire les dépenses maladie prises en charge par la collectivité, diminuer les allocations et primes en tout genre, et faire maigrir un état obèse et inefficace. affraid

Elle a creusé un fossé entre ceux qui ont vécu à crédit profitant d'une époque où le loyer de l'argent était inscrit sur une pente descendante, et ceux qui vont devoir se serrer la ceinture pour rembourser la dette, quitte à handicaper la croissance, quitte à rogner sur les dépenses d'avenir et quitte à effacer certaines des baisses d'impôts. confused

Elle a surtout établi un mur entre ceux qui profitent du «système» et ceux qui en sont d'ores et déjà exclus, soit parce qu'ils n'ont pas l'accès au travail qu'ont eu leurs aînés, soit parce qu'ils ne bénéficient pas des mêmes garanties ou prestations, soit parce qu'ils se trouvent aux prises des difficultés du marché du logement, soit enfin parce qu'ils n'ont pas la même espérance dans l'avenir. Alors bien sûr, cette dette publique n'est qu'un problème théorique. Les créanciers seront payés. Les agences de notation n'ont pas à s'affoler. Mais si les dettes qu'on paie font des trous, celles qu'on ne paie pas font des taches. Et cette dette morale souscrite auprès des générations futures au mépris de tous les principes du développement durable ne sera jamais acquittée. C'est là la plus grave erreur des gouvernants qui se sont succédés depuis un quart de siècle. Et plus qu'une erreur, c'est une faute que d'avoir sacrifié sur l'autel de la dette les générations futures. Ce sera une tache impossible à effacer. rendeer

http://www.lefigaro.fr/debats/20051206.FIG0185.html?072013 (2 sur 2)07/12/2005 15:00:25 albino

Revenir en haut Aller en bas
http://actu-aux-poetes.forumactif.fr
 
Coup de gueule -"Chronique du Figaro"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup de gueule: dgh
» énoooorme coup de gueule!
» Mon coup de gueule au bénéfice de SOS-enfants !
» Mon IMMENSE coup de gueule du jour...
» coup de gueule au sujet des parents d'élèves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACTU AU DIX-VINGT :: ACTU AU DIX-VINGT-
Sauter vers: